Prix national du leadership des Premières Nations en matière d'eau

Apprenez-en plus sur les candidats de cette année!

Sur cette page

À propos du prix

Certaines personnes, par leurs gestes quotidiens, orientent, influencent et inspirent les gens qui les entourent. C'est ce que nous appelons des leaders.

Le Prix national annuel du leadership des Premières Nations en matière d'eau vise à récompenser les personnes ou les organisations des Premières Nations qui ont fait preuve d'un leadership et d'un dévouement exceptionnels pour faire progresser l'approvisionnement en eau potable et salubre dans les communautés des Premières Nations, pour aujourd'hui ainsi que pour les générations futures.

En mars 2018, Services aux Autochtones Canada (SAC) a créé le Prix national du leadership des Premières Nations en matière d'eau, qui permet chaque année de proposer des candidats admissibles. Un comité consultatif composé de partenaires des Premières Nations examine les candidatures et soumet des recommandations au ministre des Services aux Autochtones.

Qui est admissible

Les personnes admissibles sont :

Les personnes admissibles ont fait preuve de leadership et ont considérablement contribué aux progrès concernant l'approvisionnement en eau potable et salubre dans les communautés :

En plus des critères d'admissibilité, le comité consultatif tiendra compte des critères suivants dans sa sélection :

Procédure de mise en candidature

La période de mise en candidature pour le Prix national 2023 du leadership des Premières Nations en matière d'eau sera du 2 janvier 2023 au 31 mars 2023.

Veuillez fournir l'information suivante lors de la soumission de candidatures :

Les mises en candidature peut être soumises à SAC par courriel : prixdeau-wateraward@sac-isc.gc.ca.

À noter que le comité consultatif peut vous consulter ou consulter la personne fournie comme référence. Les mises en candidature incomplètes ne seront pas acceptées.

Bourses disponibles

Afin de récompenser les récipiendaires du Prix national du leadership des Premières Nations en matière d'eau et de favoriser un plus grand leadership en matière d'eau, 10 000 $ en bourses sont disponsibles chaque année. Les bourses seront accordées au nom du récipiendaire à des candidats des Premières Nations qui poursuivent ou approfondissent leur carrière dans le secteur de l'eau et des eaux usées. L'Association professionnelle des formateurs itinérants (APFI) est chargée d'administrer les bourses. Le site Web de l'APFI contient de plus amples renseignements à cet égard, y compris un formulaire de demande de bourse (PDF) (non disponible en français).

Récipiendaire de 2022

Brian Indian de l'Onigaming First Nation annoncé comme récipiendaire du Prix national du leadership des Premières Nations en matière d'eau 2022

Brian Indian

Brian Indian

Ojibways of Onigaming, Ontario
Nominateur : Phil Tangie, Conseil des ressources Anishinaabeg de Kabapikotawangag

« Ma partie préférée de la journée est le matin, lorsque je regarde les données et que je constate que tout a fonctionné comme il se doit, et que l'eau de la communauté est salubre et potable à consommer. »

Pour en lire plus sur Brian Indian

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable et salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail a-t-il, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?
Le plus grand besoin de notre communauté consiste à moderniser notre station vieillissante. Le système de traitement à l'ozone a 16 ans et de nombreuses pièces sont désuètes et ne peuvent plus être remplacées. J'ai appris à connaître le fonctionnement de l'usine et sa gestion en manuel pendant près d'un an, jusqu'à ce qu'un financement et un ordinateur SCADA puissent être installés. C'est à ce moment là que j'ai commencé à faire pression sur notre conseil tribal pour essayer d'obtenir l'appui du Centre de services de soutien pour l'approvisionnement en eau.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?
Ma partie préférée de la journée est le matin, lorsque je regarde les données et que je constate que tout a fonctionné comme il se doit, et que l'eau de la communauté est salubre et potable à consommer.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable et salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?
Mon message aux autres est de toujours penser à la sécurité. N'ayez pas peur de réparer les choses, mais pensez toujours à la sécurité pour vous-même, vos collègues et votre communauté.

Résumé de la candidature de Brian :
Brian Indian est le seul opérateur certifié en traitement de l'eau de sa communauté et il est titulaire d'un niveau 3 d'opérateur de traitement de l'eau. Fort de 17 ans d'expérience opérationnelle et en tant que responsable de l'eau dans sa communauté, Brian informe les membres en organisant des journées de « sensibilisation à l'eau » et en proposant des visites de la station de traitement de l'eau. Brian, qui a la maladie de Parkinson, est l'opérateur principal et continue d'inspirer tous ceux qui le connaissent en raison de son dévouement et de son engagement permanents envers sa profession malgré les défis de santé auxquels il est confronté quotidiennement. Ne disposant pas d'un opérateur de secours ou de relève, Brian n'a pas pris congé de ses fonctions. Toutefois, il encadre actuellement 2 opérateurs en formation en vue de préparer sa relève.

Candidats de 2022

Candidats du Prix national du leadership des Premières Nations en matière d'eau 2022 et récipiendaires précédents

Leon Andrew

Leon Andrew et le Ɂehdzo Got'ı̨nę Gots'ę́ Nákedı (Sahtú Renewable Resources Board-SRRB)

Territoires du Nord-Ouest
Nominateur : Mylène Ratelle, Université de Waterloo

« La plus grande nécessité, c'est que l'eau soit salubre. Nous dépendons du poisson et si l'eau n'est pas salubre, nous sommes en difficulté. Ici, les peuples du Sahtú et du Nord ont besoin d'une voix forte. J'ai l'impression que je peux aider les gens en ce sens. Nous travaillons avec nos voisins et le gouvernement pour nous assurer que les besoins de notre communauté sont satisfaits et reconnus. »

Pour en lire plus sur Leon Andrew

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?
La plus grande nécessité, c'est que l'eau soit salubre. Tant en ce qui concerne l'eau potable que la sécurité alimentaire. Nous dépendons du poisson et si l'eau n'est pas salubre, nous sommes en difficulté. Notre eau vient du sud, nous avons donc besoin qu'elle n'arrive pas ici contaminée et qu'elle reste propre et salubre. La plus grande nécessité, c'est que l'eau continue d'être salubre pour que nous puissions en boire et consommer du poisson également.

Ce n'est pas tout le monde qui a un emploi lui permettant de nourrir sa famille avec son salaire. Lorsque des personnes sont déplacées à cause de problèmes d'eau, c'est un gros problème. Nous avons besoin d'eau fraîche et salubre en tout temps.

Ici, les peuples du Sahtú et du Nord ont besoin d'une voix forte. J'ai l'impression que je peux aider les gens en ce sens. Nous travaillons avec nos voisins et le gouvernement pour nous assurer que les besoins de notre communauté sont satisfaits et reconnus.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?
Il s'agit essentiellement de notre peuple, qui a besoin d'eau potable. Depuis la COVID 19, les choses sont au point mort en ce qui concerne le développement économique, mais les choses reprennent lentement et l'industrie sera de retour. Nous devons nous assurer que notre eau est salubre, même lorsque des industries travaillent à proximité de nos sources d'eau.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?
Nous avons besoin d'une eau salubre, sinon notre communauté ne survivra pas. La façon dont notre communauté traite les déchets et les ordures est très importante. Nous devrions examiner attentivement la situation et nous assurer que tout se passe bien et que nous ne contaminons pas notre eau. Et nous devons collaborer avec nos dirigeants et nos gouvernements.

Résumé de la candidature de Leon :
Le SRRB travaille à l'élaboration de projets de recherche et de programmes d'intervention pour améliorer le bien-être de la région du Sahtú par rapport à l'environnement. En tant que directeur de recherche, Leon Andrew croit en l'importance d'utiliser une approche globale pour évaluer la relation de l'homme avec l'eau et tient à enseigner aux jeunes. Reconnu comme l'un des leaders de la région du Sahtú, il participe à divers programmes régionaux, nationaux et internationaux liés à l'eau, notamment à des initiatives communautaires, et a animé des camps d'apprentissage axés sur l'eau, offerts sur le terrain, afin de faciliter des échanges interculturels sur l'eau. Il a assumé un rôle de conseiller auprès des gouvernements fédéral et territoriaux et a participé à l'établissement de la réserve de parc national Nááts'ihch'oh, visant à préserver une eau propre et un territoire sain. M. Andrew a mentionné qu'après le pensionnat, il a passé du temps à voyager en canot en peau d'orignal, ce qui a nourri sa vocation d'améliorer la gestion des ressources naturelles.

Garney Reid

Garney Reid

Heiltsuk First Nation, Colombie-Britannique
Nominateur : Leo Lawson, Heiltsuk First Nation

« J'aime travailler à la station de traitement de l'eau et m'assurer que notre eau est potable et que nous avons une protection contre les incendies. Pour ce qui est du message à adresser aux autres travailleurs dans ce domaine, je les encouragerais à… obtenir une certification et à prendre les choses comme elles viennent, car cela peut parfois être très stressant pendant les chaudes journées d'été et les froides nuits d'hiver. »

Pour en lire plus sur Garney Reid

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable et salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?
Selon moi, le plus grand besoin lié à l'eau potable dans ma communauté serait la conservation de notre eau traitée et l'entretien continu de notre système de distribution. J'ai l'impression que les membres de notre communauté ne se rendent pas compte de la chance que nous avons d'avoir une eau potable pour la consommation et la protection contre les incendies. Nous devons faire pression pour favoriser une meilleure conservation de l'eau (ce travail est en cours) et toujours chercher à entretenir les conduites d'eau qui fuient, ce qui est un travail continu, car nous avons une infrastructure vieillissante.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?
En ce qui concerne les activités quotidiennes, j'aime travailler à la station de traitement de l'eau et m'assurer que notre eau est potable et que nous avons une protection contre les incendies.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable et salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?
Quant au message à adresser aux autres travailleurs dans ce domaine, je les encouragerais à bien apprendre leur métier pour donner le meilleur d'eux-mêmes. Obtenez une certification et prenez les choses comme elles viennent, car cela peut parfois être très stressant pendant les chaudes journées d'été et les froides nuits d'hiver (périodes de forte demande). C'est à peu près ça. Le travail peut être très exigeant et stressant, mais si vous faites votre travail comme il se doit, les choses devraient bien se passer la plupart du temps.

Résumé de la candidature de Garney :
La station de traitement de l'eau de la Heiltsuk First Nation a besoin d'un opérateur spécialisé pour entretenir et exploiter son système complexe, car elle dessert également la communauté éloignée et vaste de Bella Bella. Garney y travaille à titre d'opérateur depuis 2005 et est connu pour être un leader positif, qui arbore toujours un sourire radieux. Garney a obtenu les accréditations provinciales les plus élevées, notamment la certification d'opérateur de traitement de l'eau de niveau 3, la certification d'opérateur de distribution de l'eau de niveau 2, la certification de collecte des eaux usées de niveau 1 et la certification de manipulation du chlore, ainsi que d'autres certifications professionnelles. Il effectue des contrôles hebdomadaires de la qualité de l'eau dans toute la communauté pour en garantir l'innocuité, surveille les niveaux de chlore, supervise les tests bactériens internes et effectue diverses réparations tout en surveillant les problèmes de contrôle des fuites. Garney est un gestionnaire pragmatique dont la priorité absolue consiste à assurer la sécurité des personnes et à faire de son mieux pour servir sa communauté.

Katy Thorne

Katy Thorne

Tk'emlúps te Secwépemc, Colombie-Britannique
Nominateur : Madjid Mohseni, Centre RESEAU pour la mobilisation de l'innovation

« Je comprends que mon travail ici transcende ma personne. Je me dévoue et m'investis afin que les jeunes de demain puissent réussir. Je voudrais dire Gilakas'la (merci) à ceux qui défendent l'eau. L'eau, c'est la vie, et nous devons la protéger jour après jour! »

Pour en lire plus sur Katy Thorne

Yo (Bonjour), je m'appelle Katy Thorne. J'ai grandi à Kamloops, en Colombie-Britannique, et j'y habite actuellement. Hedan abampi (ma mère s'appelle) Ruth Barnes et hedan umpi (mon père s'appelle) Jerome Thorne. Hedan ga'agampi (mes grands-parents s'appellent) Deanna Cook, Yvonne Pigeon, dlu'(et) Orin Thorne. Ma grand-mère Deanna est originaire de la Nation Namgis, à Alert Bay, en Colombie-Britannique. Bien que je n'aie jamais vécu sur l'île, chaque fois que je me rends sur place, je suis accueillie comme chez moi. Ma grand-mère Yvonne est originaire d'Esk'etemc à Alkali Lake, en Colombie-Britannique.

Je suis extrêmement fière et honorée d'être mise en nomination pour le prix national du leadership des Premières Nations en matière d'eau. Je souhaite partager cette nomination avec les personnes citées ci-dessus et mes collègues. Je travaille actuellement à Tk'emlúps te Secwépemc (TteS) en tant qu'opératrice du système de collecte des eaux usées. J'ai été embauchée comme étudiante d'été en 2018, puis à la suite de l'obtention de mon diplôme en technologie de l'eau et des eaux usées de la Thompson Rivers University en 2019, j'ai été embauchée à temps plein.

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable et salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?
Notre communauté est extrêmement chanceuse de disposer des infrastructures et des ressources nécessaires pour fournir de l'eau potable à ses membres. Nous avons la chance d'avoir de l'eau en abondance dans le bassin hydrographique de la rivière Thompson. Certains des besoins de TteS portent notamment sur les points suivants :

Gestion des biens
Dans notre communauté et celles qui nous entourent à Turtle Island, la gestion des biens est un besoin criant. Les infrastructures dont nous disposons sont toutes excellentes, mais que se passera-t-il si elles ne durent que 20 ans au lieu de 50? L'absence de cartes, de dossiers d'entretien et d'opérateurs me fait penser que nous tirons de l'arrière. Nous devons prolonger la durée de vie de nos investissements. Travaillant toujours avec des cartes PDF et des journaux de bord en papier, je savais que quelque chose devait changer. Notre service de planification et d'ingénierie a trouvé une solution potentielle avec Lightship. Lightship est une plateforme SIG locale qui nous permet de créer, de gérer, d'analyser et de cartographier tous types de données. Heureusement, nous avons retenu les services d'une société d'ingénierie pour nous aider à démarrer avec les cartes de base de nos PDF. Ayant accès à cette application et aux nouvelles cartes, j'ai commencé à l'alimenter avec nos biens, à enregistrer les données et à générer des rapports lorsque c'était nécessaire. L'année dernière, moi-même et un autre opérateur de TteS avons assisté à la série d'ateliers sur les infrastructures durables de SAC via Zoom. Nous avons appris les tenants et les aboutissants de la gestion des biens afin de devenir de meilleurs opérateurs. La principale leçon que j'ai tirée de ces ateliers est qu'un programme de cette taille doit émaner du chef et du conseil. Je peux faire ma part en tant qu'opératrice en utilisant les outils qu'ils fournissent. Bien que le programme de gestion des biens de TteS soit encore en cours d'élaboration, je constate que la collaboration et l'innovation sont prometteuses.

Procédures de sécurité
Lorsque j'ai commencé en 2019, j'ai d'abord réalisé que je devais prendre en charge ma propre sécurité. Nous avions des tâches d'entretien régulières qui nécessitaient l'entrée dans un espace clos avec peu ou pas de procédures. J'ai commencé avec ce que nous avions : un programme partiel d'accès à des espaces clos, quelques équipements désuets et des copies papier des tâches précédentes. Ma première étape a été de suivre une formation sur l'accès à des espaces clos et la surveillance, le secourisme professionnel de niveau 1 et la protection contre les chutes. Ensuite, je me suis assurée que notre équipement était certifié et sécuritaire à utiliser. Puis je me suis attaquée aux procédures. En 2011, les nouvelles stations de relèvement s'accompagnaient d'un manuel d'utilisation et d'entretien et d'un programme d'accès à des espaces clos. Ce programme négligeait ce qui existait déjà : trois stations de relèvement, les regards de visite, les chambres de vannes et bien d'autres choses encore. J'avais demandé de l'aide à notre formateur itinérant, qui m'avait offert des conseils, mais aucune solution à ce moment-là. Je me suis mise au travail et j'ai effectué des recherches sur l'accès à des espaces clos sur le site Web de WorkSafeBC. J'ai utilisé le programme qui nous a été donné, les renseignements du site Web et mes propres connaissances des pratiques de travail sécuritaires pour m'assurer que le travail était effectué correctement et que nous rentrions chez nous à la fin de la journée. Enfin, cette année, on nous a affecté une personne-ressource qui pourrait nous écrire un programme pour inclure les sites négligés. Je suis heureuse d'annoncer que les ébauches de documents sont sur le point d'être finalisées. À l'avenir, j'aimerais voir une normalisation des procédures englobant la sécurité au travail pour toutes les Premières Nations.

Maintien en poste des opérateurs
L'un des plus grands défis auquel notre communauté se mesure est notre manque d'opérateurs. En 2021, j'étais la seule opératrice de notre système de collecte des eaux usées. Notre système de distribution d'eau n'a pas d'opérateur dédié, néanmoins, j'aurai suffisamment d'heures à l'automne pour passer mon examen de niveau 1 en distribution de l'eau avec l'Environmental Operators Certification Program (programme de certification des opérateurs environnementaux). Pour vous mettre en contexte, de nombreuses tâches dans ce secteur d'activité requièrent 2 ou 3 personnes. Un seul opérateur ne suffit pas. Ce printemps, nous avons finalement embauché un autre employé à temps plein pour le système de collecte des eaux usées, ce qui nous en donne 2 au total. Nous nous rendons compte de l'importance que revêt un bon entretien des systèmes de distribution de l'eau et de collecte des eaux usées. Il est essentiel de les entretenir pour pouvoir continuer à fournir de l'eau potable à notre communauté et à protéger l'environnement dans lequel nous vivons. Malheureusement, nous avons été très sollicités en travaillant sur les 2 systèmes. Compte tenu du grand nombre de travaux en retard et de l'entretien continu, notre meilleure solution est d'avoir plus d'opérateurs!

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?
Ce que je préfère dans mon travail quotidien, c'est que l'environnement qui m'entoure est une source d'inspiration. L'année dernière, le monde a été bouleversé par l'annonce de la confirmation de Le Estcwicwéy̓ (les disparus). Les anciens de notre communauté ont toujours su qu'il y avait des enfants enterrés dans des tombes non marquées, et j'admire la force de nos dirigeants pour faire part de cela au monde. Je veux rendre hommage aux enfants en m'appliquant et en obtenant l'éducation dont ils ont été privés.

Je comprends que mon travail ici transcende ma personne. Je me dévoue et m'investis afin que les jeunes de demain puissent réussir.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable et salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?
Je voudrais faire savoir aux autres qu'ils ont eux aussi un rôle à jouer en matière d'eau potable et de leadership dans le domaine de l'eau. Chacun peut faire sa part : soyez prudent dans votre consommation d'eau, contrôlez ce qui va dans vos canalisations, fournissez un effort conscient pour vous renseigner sur votre eau, sa provenance et son devenir.

J'aimerais encourager le chef et le conseil et la direction de chaque communauté à nous écouter, nous les opérateurs, et parfois à suivre notre exemple. Ne laissez pas nos connaissances se perdre.

J'aimerais promouvoir la normalisation des procédures au sein de toutes les communautés. Disposer de programmes actualisés pour aider les opérateurs : exploitation et entretien, accès à des espaces clos, protection contre les chutes, gestion des biens, contrôle des raccordements croisés, plans d'intervention d'urgence, etc.

Enfin, je voudrais dire Gilakas'la (merci) à ceux qui se font les défenseurs de l'eau. L'eau, c'est la vie, et nous devons la protéger jour après jour!

Résumé de la candidature de Katy :
En tant qu'opératrice de services publics innovante et qualifiée au sein de TteS, Katy est une source d'inspiration et un modèle pour les jeunes femmes autochtones. Elle excelle dans un secteur traditionnellement réservé aux hommes, tout en plaçant la barre très haut en matière de rendement et de service communautaire. Katy est une opératrice certifiée de niveau 2 qui exploite et entretient un important réseau de collecte des eaux usées. Elle se passionne par l'apprentissage et l'échange de connaissances sur l'importance de la gestion de l'eau potable et des eaux usées pour la santé, l'économie et la qualité de vie d'une communauté. Lorsqu'elle ne remplit pas ses fonctions d'opératrice de système de collecte des eaux usées, Katy prend la parole lors de conférences et fait partie de l'équipe de gestion des biens de TteS, qui s'efforce de maintenir les infrastructures d'eau et d'eaux usées au cœur des préoccupations des dirigeants communautaires. Katy est également une joueuse de hockey sur glace passionnée et arbitre bénévole dans les ligues locales pour adultes et pour jeunes. Sur la glace ou en dehors de celle-ci, ses collègues la décrivent comme une personne travaillante, dévouée et dotée d'un véritable esprit d'équipe.

Troy MacBeth Abromaitis

Troy MacBeth Abromaitis

Lytton First Nation, Colombie-Britannique
Nominateur : Gary Khind, Bucci Developments

« Nous sommes tous interconnectés et nous pouvons tous apprendre les uns des autres. Des enseignements et cérémonies sacrés aux méthodes et stratégies contemporaines de protection et de conservation de l'eau, nous pouvons tous en bénéficier en tant que communauté si chacun travaille dans le même but de protection de l'eau. »

Pour en lire plus sur Troy MacBeth Abromaitis

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable et salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?
Tout d'abord, je tiens à remercier humblement ma communauté et les personnes qui ont proposé ma candidature pour ce prix.

Le 30 juin 2021, un incendie a détruit la majeure partie du village de Lytton et a touché des centaines de membres de la Lytton First Nation qui vivent dans les 56 réserves réparties sur le Fraser River. Les membres de ma communauté étaient dispersés dans toute la Colombie-Britannique pendant que les feux de forêt faisaient rage sur notre territoire et nos membres étaient impatients de retourner sur nos terres ancestrales. Les maisons dans lesquelles les familles allaient retourner ont été endommagées ou détruites, les infrastructures essentielles ont été mises hors service et l'accès à l'eau potable a été complètement coupé dans certaines régions.

À l'automne 2021, de fortes tempêtes de pluie ont créé une rivière atmosphérique qui a entraîné des pluies torrentielles et des inondations majeures qui ont gravement endommagé Lytton et le plus grand territoire de Nlaka'pamux. Les membres de ma communauté qui souhaitaient rentrer chez eux n'ont pas pu le faire à cause de ces deux catastrophes majeures. Les bâtiments et les infrastructures qui soutenaient de nombreuses communautés ont été détruits et l'accès à l'eau potable a été limité.

En tant que chef d'entreprise, j'ai reconnu qu'il s'agissait d'un problème crucial et j'ai personnellement recueilli plus de 60 000 dollars pour aider à reconstruire ma Nation et fournir aux membres de ma communauté des fonds pour répondre aux besoins immédiats et aux nécessités telles que l'eau potable, la nourriture et les vêtements. Mes efforts ne s'arrêtent pas là, je siège également au conseil d'administration du comité de développement économique afin de contribuer aux efforts de reconstruction de la communauté de ma Nation. J'ai la passion d'aider ma communauté à se rétablir.

En tant que chef d'entreprise autochtone et professionnel du développement immobilier, j'ai le devoir sacré de protéger l'environnement. À ce titre, j'agis à la fois comme un constructeur de communautés durables et comme un gardien de l'environnement. Chez Bucci Developments, j'ai mis en œuvre un mandat de développement axé sur la construction et la technologie écologiques. Cette approche de construction de communautés durables a été directement appliquée à des projets envisagés d'une valeur de plus de 1 milliard de dollars.

Dans le cadre des projets sur lesquels je travaille, j'applique une conception de construction écologique à faible émission de carbone, des stratégies de construction intelligentes et résilientes sur le plan climatique, ainsi que des mesures de durabilité en matière d'émissions et d'eau. Cela a permis de réduire la consommation d'eau de centaines de millions de litres sur les 34 projets que j'ai gérés au cours de ma carrière de près de 18 ans. Auprès de la Lytton First Nation, de Musqueam Capital Corp et d'autres Premières Nations avec lesquelles je travaille, je donne des conseils et des orientations sur le développement immobilier, les mesures de durabilité et les stratégies de conservation de l'eau.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?
Je suis un survivant de la rafle des années 60. J'ai été enlevé alors que j'étais enfant par une politique qui séparait les enfants autochtones du Canada de leurs familles. J'ai été coupé de ma famille, de ma culture et de ma langue. J'ai été élevé par une famille de classe moyenne à Vancouver. J'ai dû grandir sans savoir pourquoi j'avais été proposé à l'adoption, ni d'où je venais, ni qui était ma famille. Même si j'ai eu la chance d'être adopté par la famille Abromaitis, j'ai souffert de sentiments de perte, de dépression et d'une faible estime de soi.

Ces problèmes ont perduré pendant mon enfance et, en tant que jeune adulte, je savais que je devais surmonter ces obstacles et me créer une vie dont je serais fier et qui inspirerait la prochaine génération de leaders autochtones. Je voulais prouver que votre passé ne définit pas votre potentiel ou votre succès dans l'avenir. Après avoir récupéré mon passé, je suis maintenant membre de la Nlaka'pamux Nation.

Rejoindre ma communauté a été un voyage incroyablement émouvant et édifiant pour moi. J'ai renoué avec ma famille perdue, ma culture perdue et le lien ancestral perdu avec mes terres et mes peuples. J'ai pu explorer mon identité autochtone tout en redonnant à ma communauté mes connaissances en matière de développement immobilier, de construction communautaire et de stratégies de durabilité, notamment la conservation de l'eau.

La partie de mon travail avec ma communauté que je préfère est celle qui me permet d'établir des liens avec les Gardiens du savoir, les Aînés, le chef et le conseil de bande et d'autres membres de la communauté, et de leur rendre la pareille. Ma participation active au comité de développement économique et à la reconstruction de la communauté fait appel aux forces de mes presque 18 ans d'expérience en développement immobilier.

Je travaille activement avec la Fraser Valley Home Builders Association sur les partenariats avec les constructeurs, les stratégies de gestion de l'eau et les approches de gestion intégrée des eaux pluviales qui peuvent promouvoir la résilience de l'eau au sein de ma communauté.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable et salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?
Il existe une énorme diversité entre les communautés autochtones du Canada, chacune ayant sa propre histoire, sa langue, sa culture et son mode de vie. Malgré ces différences, les peuples de Turtle Island partagent des valeurs communes découlant de la compréhension du fait que nos vies sont inséparables du monde naturel (c'est-à-dire la terre et l'eau).

La protection de la terre et de l'eau est un devoir sacré. Cette responsabilité est régulièrement rappelée à notre peuple par des histoires et des cérémonies. Dans le cadre de la reconquête de ma culture et de mon identité autochtone, je participe à des cérémonies sur l'eau, ce qui m'aide à connaître les enseignements culturels qui s'appliquent à l'importance de l'eau pour mon peuple.

Le peuple Nlaka'pamux, qui est lié aux fleuves Thompson et Fraser, a toujours eu un lien sacré avec l'eau. Je participe activement à la conservation de l'eau au sein de la communauté depuis plus de 10 ans, grâce aux projets que j'ai supervisés chez Bucci Developments et Wallmark Homes. Je suggère qu'une approche communautaire de la conservation de l'eau et du leadership en matière d'eau soit envisagée avec la participation des Aînés, du chef et du conseil, des membres de la réserve et hors réserve, etc.

Nous sommes tous interconnectés et nous pouvons tous apprendre les uns des autres. Des enseignements sacrés et des cérémonies aux méthodes et stratégies contemporaines de protection et de conservation de l'eau, nous pouvons tous en bénéficier en tant que communauté si tout le monde travaille vers le même objectif de protection de l'eau.

Résumé de la candidature de Troy :
Après s'être réapproprié de son passé, Troy est devenu membre de la Lytton First Nation et le premier président autochtone du Real Estate Institute of BC et est membre fondateur de la National Indigenous Affordable Housing Corp. Son leadership a été reconnu par le National Center for American Indian Enterprise Development, qui lui a décerné le prix Native American Top 40. Au cours de sa carrière, Troy a supervisé 34 projets de logement multifamilial, dont un projet où les mesures de durabilité de l'eau mises en œuvre ont entraîné une réduction de consommation annuelle de 14 millions de litres d'eau. C'est cette réalisation qui lui a donné l'idée de fournir des stratégies de réduction de la consommation d'eau aux communautés autochtones, ainsi que des conseils aux Premières Nations sur les stratégies de gestion de l'eau.

Warren Brown

Warren Brown

Lytton First Nation, Colombie-Britannique
Nominateur : Casey Neathway, l'Autorité sanitaire des Premières Nations

« Notre plus grand besoin pour continuer à fournir une eau potable sûre est de mobiliser nos jeunes. Nous devons recruter de jeunes opérateurs et entamer le processus de planification de la relève afin qu'ils puissent poursuivre ce que nous avons commencé. Le message que je souhaite partager avec mes collègues opérateurs est le suivant : ouvrez vos portes. Proposez des visites à vos dirigeants ou aux responsables communautaires afin qu'ils comprennent vos difficultés ou vos réussites. »

Pour en lire plus sur Warren Brown

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable et salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?
Notre plus grand besoin pour continuer à fournir une eau potable sûre est de mobiliser nos jeunes. Nous devons recruter de jeunes opérateurs et entamer le processus de planification de la relève afin qu'ils puissent poursuivre ce que nous avons commencé. C'est pourquoi j'essaie de promouvoir les visites scolaires de nos installations de traitement de l'eau.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?
Ce que je préfère dans le travail quotidien, c'est de m'asseoir avec l'équipe et de faire le point sur notre journée. Nous parlons de ce qui s'est passé sur le terrain, des raisons pour lesquelles des changements ont été apportés, ou de nos projets pour la fin de semaine. À la fin de la journée de travail, nous sommes toujours nous, pas le travail.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable et salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?
Le message que je souhaite communiquer à mes collègues opérateurs est le suivant : ouvrez vos portes. Montrez à votre communauté ce que vous faites afin de rendre l'eau potable pour ses membres. Proposez des visites à vos dirigeants ou aux responsables communautaires afin qu'ils comprennent vos difficultés ou vos réussites. Parlez avec les jeunes, car ils peuvent transmettre vos messages chez eux et, espérons-le, diffuser l'information dans leur famille.

La photo est un égoportrait que j'ai pris pour l'envoyer à ma famille, car mes petites-filles craignaient pour moi et ma sécurité pendant nos incendies. La photo leur a montré que je me portais bien, autant physiquement que mentalement.

Résumé de la candidature de Warren :
Lors de l'évacuation de Lytton en raison des feux de forêt en 2021, Warren Brown a été l'un des seuls membres du personnel de la Lytton First Nation à rester sur place, s'assurant que les conduites d'eau étaient rincées et opérationnelles, que les fuites étaient réparées et que les stations de traitement étaient remises en service après l'exposition à des conditions environnementales extrêmes. Warren s'est également mobilisé pour aider l'opérateur du système de distribution d'eau du village de Lytton après les incendies. Warren est responsable de l'exploitation de 13 réseaux d'eau potable dans sa communauté, dont certains réseaux décentralisés, et il est un promoteur de la formation et de l'éducation.

Brennon Laboucan

Brennon Laboucan

Whitefish Lake First Nation no 459, Alberta
Nominateur : Rod Badger, Groupe consultatif des services techniques – Programme de formation itinérante

« Soyez assurés que tous les opérateurs font de leur mieux pour entretenir les installations de traitement de l'eau dans lesquelles ils travaillent. Remerciez-les pour ce qu'ils font chaque jour, jour après jour, et pour la salubrité de notre eau. »

Pour en lire plus sur Brennon Laboucan

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?
Faire passer le message que l'eau de notre pays est salubre. Pendant longtemps, nous avons dû contrer les eaux de surface, qui peuvent être très difficiles à traiter. Jusqu'à ce que nous disposions d'une nouvelle installation de traitement de l'eau et de camions pour ceux qui utilisent des citernes, des préoccupations ont surgi et nous avons fait de notre mieux pour trouver une solution et rassurer les gens. Nous faisons cela pour eux, même si nous devons aller de porte en porte et un jour à la fois. Et bien sûr, la station de traitement de l'eau est toujours ouverte et accueillante.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?
Il n'y a eu qu'une seule visite scolaire – si je me souviens bien, il s'agissait de classes de 7e, 8e et 9e années – à la station de traitement de l'eau et c'était une expérience très différente – révélatrice et beaucoup plus difficile que de traiter avec des adultes. Après avoir été bombardé de questions et avoir fait de notre mieux pour répondre à toutes les interrogations de leurs jeunes esprits curieux, j'étais littéralement épuisé mentalement! À la suite de cette expérience, j'espérais que l'école nous envoie plus de classes, juste pour que nous puissions les informer sur ce qu'ils ne voient pas dans les autres aspects de l'eau ou des eaux usées – par exemple, lorsque les problèmes difficiles surviennent, et qu'il faut s'activer, faire ce qui doit être fait, ou lorsqu'il faut improviser et s'adapter à la situation du moment et trouver comment résoudre le problème en toute sécurité. Le sentiment le plus gratifiant est celui de travailler sur un problème, de le résoudre et de voir si tout a été fait correctement et si tout est redevenu normal.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?

Soyez assurés que tous les opérateurs font de leur mieux pour entretenir les installations de traitement de l'eau dans lesquelles ils travaillent. Remerciez-les pour ce qu'ils font chaque jour, jour après jour, et pour la salubrité de notre eau.

Résumé de la candidature de Brennon :
Brennon est actuellement l'opérateur principal des systèmes d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées de sa communauté, certifié au niveau 2 pour le traitement de l'eau, au niveau 2 pour la distribution de l'eau, et au niveau 1 pour la collecte et le traitement des eaux usées. Brennon a rejoint le secteur de l'eau et des eaux usées en novembre 2011 après s'être vu offrir un emploi dans une station de traitement de l'eau. Il a probablement été le premier de sa communauté à obtenir une certification. Une fois son travail quotidien terminé, il aime s'engager auprès de sa communauté en s'asseyant autour de la table installée dans le hangar à camions et en discutant avec les personnes qui passent.

Shannon Gladue

Shannon Gladue

Kehewin Cree Nation, Alberta
Nominateur : Rod Badger, Groupe consultatif des services techniques – Programme de formation itinérante

« Il s'agit d'un travail ingrat, personne ne reçoit d'accolades lorsque les choses se passent bien. Sachez simplement qu'il y a des membres de chaque communauté qui se soucient du travail que vous faites, et même s'ils ne disent rien, ils sont reconnaissants du travail que vous accomplissez. Je pense qu'il est important pour nous de nous donner les uns les autres une bonne tape dans le dos. »

Pour en lire plus sur Shannon Gladue

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?
La Nation crie de Kehewin a fait l'objet d'un avis d'ébullition de l'eau pendant quelques années avant qu'il ne soit levé à l'été 2020. Une nouvelle station de traitement de l'eau a été mise en service en mai 2020; ce système comportait une nouvelle technologie de traitement de l'eau que personne dans la Nation ne connaissait. Grâce à mes expériences antérieures de travail avec d'autres Premières Nations et municipalités de la province, je savais que je pouvais aider la Nation. Nous avons donc collaboré étroitement avec l'équipe d'exploitation qui a mis en service la station de traitement de l'eau. Nous avons aidé certains fournisseurs à installer de l'équipement pendant sa construction, notamment les filtres à membrane, et cette expérience sera un atout lorsqu'il faudra changer ces filtres à l'avenir. Nous avons suivi la formation offerte par les fournisseurs et continuons à en apprendre plus sur le système et l'entretien nécessaire afin de maintenir la station de traitement de l'eau à une capacité optimale. Je participe également à la formation des opérateurs en vue de l'obtention des certifications requises pour exploiter le système de traitement de l'eau. Avant mon arrivée, les opérateurs n'avaient reçu aucune formation de certification. Nous avons maintenant deux opérateurs qui ont obtenu la certification de niveau 1 pour le traitement de l'eau. Nous espérons que d'ici l'été 2023, ces deux opérateurs seront certifiés opérateurs de traitement de l'eau de niveau 2. Cette formation a si bien fonctionné que nous avons décidé d'embaucher un autre opérateur au printemps 2022. Actuellement, il est en train d'obtenir sa certification de niveau 1. Nous espérons que d'ici l'été 2023, il sera un opérateur certifié de niveau 1.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?
La partie préférée de ma journée est l'interaction avec les opérateurs, surtout lorsqu'ils ont une question. J'aime expliquer le processus ou le système sur lequel ils se renseignent et je suis fier de savoir qu'ils veulent en savoir plus sur le système. Je suis également fier de pouvoir répondre à la plupart des questions qu'ils se posent. Cela étant dit, lorsqu'il y a une question à laquelle je ne peux pas répondre, cela donne également confiance aux opérateurs. Ils voient que, même si je travaille dans ce secteur depuis plus de 20 ans, je rencontre toujours des choses que je ne comprends pas entièrement. Dans ces cas-là, nous collaborons pour trouver les réponses à ces questions qu'aucun d'entre nous ne connaît. Peu importe ce que vous pensez savoir, il est toujours possible d'apprendre dans ce domaine.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?
Il s'agit d'un travail ingrat, personne ne reçoit d'accolades lorsque les choses se passent bien. Tout le monde considère l'eau potable comme un acquis (c'est le cas pour la plupart des gens), mais lorsque les choses tournent mal, c'est nous, en tant qu'opérateurs, qui devons en assumer les conséquences. C'est injuste, mais c'est la réalité. Sachez simplement qu'il y a des membres de chaque communauté qui se soucient du travail que vous faites, et même s'ils ne disent rien, ils sont reconnaissants du travail que vous accomplissez. Il y a d'autres opérateurs dans les communautés environnantes qui passent par la même chose, personne ne nous donne d'accolades pour un travail bien fait. Je pense qu'il est important pour nous de nous donner les uns les autres une bonne tape dans le dos. Un opérateur m'a contacté lorsque l'avis d'ébullition de l'eau a été levé dans ma communauté. Quand il m'a dit : « Je te félicite d'avoir réussi à faire lever votre avis d'ébullition de l'eau », je lui ai répondu : « Merci, mais je n'ai pas fait grand-chose ». Il a rajouté : « Tu en fais beaucoup et tu mérites des remerciements. Personne ne reconnaît l'opérateur dans ces situations; je voulais te dire que tu accomplis un bon travail. » Cela m'a beaucoup touché, c'est ce genre d'attitude qui a une résonnance dans la communauté des opérateurs de traitement de l'eau.

Résumé de la candidature de Shannon :
Shannon a atteint un niveau de certification rarement obtenu par les opérateurs d'eau en Alberta, surtout parmi les opérateurs des Premières Nations, en tant qu'opérateur de niveau 3 pour le traitement de l'eau, de niveau 2 pour la distribution de l'eau, de niveau 2 pour la collecte des eaux usées et de niveau 1 pour le traitement des eaux usées. Shannon est devenu formateur itinérant au sein du Groupe consultatif sur les services techniques en 2006. Il a visité de nombreuses communautés des Premières Nations sur tout le territoire du Traité no 8 et a collaboré étroitement avec les opérateurs et les services de travaux publics pour offrir une formation pratique, un dépannage technique et un mentorat. Shannon est devenu un opérateur principal en 2012 puis est revenu au Groupe consultatif sur les services techniques en 2016, pour finalement devenir coordonnateur de la formation. En 2020, Shannon est devenu l'opérateur principal de l'usine de traitement de l'eau récemment construite par la Nation crie de Kehewin.

Simon House

Simon House

Paul First Nation, Alberta
Nominateur : Rod Badger, Groupe consultatif des services techniques – Programme de formation itinérante

« À mon avis, le besoin prioritaire dans notre communauté est d'avoir l'assurance que l'eau est salubre et de pouvoir s'y fier. Il ne faut pas tenir pour acquise l'eau qui coule de nos robinets. Nous pouvons tous jouer un rôle dans la préservation de l'eau potable en commençant à nous renseigner sur le processus d'acheminement de l'eau jusqu'à nos foyers et les mesures que nous pouvons prendre afin de la conserver. »

Pour en lire plus sur Simon House

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?
À mon avis, le besoin prioritaire dans notre communauté est d'avoir l'assurance que l'eau est salubre et de pouvoir s'y fier. Je mets tout en œuvre pour veiller au bon fonctionnement de notre système d'approvisionnement en eau afin qu'il fournisse l'eau potable et salubre dont nous avons tant besoin. Je considère que mon travail est essentiel pour y parvenir. Je prélève des échantillons d'eau à différents emplacements dans le système pour en vérifier la qualité de près et je réagis aussi rapidement que possible à toutes les situations susceptibles de compromettre la qualité de l'eau. Je suis très fier d'être l'opérateur de l'usine de traitement de l'eau et des eaux usées de ma communauté, et c'est un véritable honneur pour moi d'occuper ce poste.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?
En ce qui concerne l'aspect que je préfère de mon travail quotidien, je dois dire qu'il s'agit du moment où j'arrive à l'usine de traitement de l'eau et que j'entends le vrombissement de l'équipement. Je sais immédiatement si tout est en ordre ou s'il y a un problème ou une anomalie. Cette compétence s'acquiert avec l'expérience et la formation. Certains jours, tout se passe bien, et d'autres, moins, mais c'est ce qui fait que mon travail est toujours aussi stimulant. Un autre aspect que j'aime particulièrement de mon travail quotidien est de savoir que je contribue à la santé de la communauté, puisque l'eau est essentielle à la vie et au maintien d'une population forte pour l'avenir.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?
J'ai toujours considéré qu'une eau saine était synonyme de communauté saine et que nous devions traiter l'eau comme la ressource la plus précieuse que nous possédons. Il ne faut pas tenir pour acquise l'eau qui coule de nos robinets. Nous pouvons tous jouer un rôle dans la préservation de l'eau potable en commençant à nous renseigner sur le processus d'acheminement de l'eau jusqu'à nos foyers et les mesures que nous pouvons prendre afin de la conserver. Selon moi, l'éducation ou la formation du public à cet égard est primordiale et devrait être une priorité dans les discussions communautaires.

Résumé de la candidature de Simon :
Après avoir travaillé sur le chantier de construction du poste de pompage de distribution d'eau de la Paul First Nation, Simon est devenu l'opérateur du système d'eau de la communauté à la fin de 2016. Le poste exigeant une certification de niveau 1, Simon s'est engagé avec enthousiasme sur la voie de la certification, en obtenant plusieurs certifications en même temps, une tâche pour le moins ardue. Au cours des 3 dernières années, il a formé et encadré de nombreux étudiants d'été. Simon a récemment fait une présentation sur le système d'eau et d'eaux usées de sa communauté lors de la conférence de la Semaine de l'eau annuelle du Groupe consultatif sur les services techniques.

Vernon Lewis

Vernon Lewis

Onion Lake Cree Nation, Saskatchewan
Nominateur : Marvin Loewen, Associated Engineering

« Ce que j'aime dans le fait d'aller travailler tous les jours, c'est de savoir que, grâce à mon rôle d'opérateur, ma communauté recevra une eau potable salubre, tant au travail qu'à la maison. J'aimerais encourager notre population à organiser davantage de journées portes ouvertes ou d'ateliers pour faire le point sur les changements qui se produisent dans notre environnement et sur leurs répercussions sur la qualité de l'eau. »

Pour en lire plus sur Vernon Lewis

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?
L'un des plus grands besoins de notre communauté est d'avoir plus de formation et d'offrir de meilleurs salaires aux opérateurs communautaires des Premières Nations. J'ai vu nos propres opérateurs partir pour accepter des emplois mieux rémunérés loin de leur communauté.

J'ai formé des membres plus jeunes pour qu'ils restent et apprennent nos processus de traitement de l'eau afin qu'un jour je puisse prendre ma retraite l'esprit tranquille, en sachant que notre station de traitement de l'eau est entre de bonnes mains.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?
Ce que j'aime dans le fait d'aller travailler tous les jours, c'est de savoir que, grâce à mon rôle d'opérateur, ma communauté recevra une eau potable salubre, tant au travail qu'à la maison.

Notre communauté compte plus de 800 foyers et nous ne sommes que deux opérateurs à gérer et exploiter la station. Dans cette optique, je m'efforce chaque jour d'inciter davantage de jeunes à s'intéresser à ce métier.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?
J'aimerais encourager notre population à organiser davantage de journées portes ouvertes ou d'ateliers pour faire le point sur les changements qui se produisent dans notre environnement et sur leurs répercussions sur la qualité de l'eau. Je pourrais ainsi montrer à nos concitoyens les mesures nécessaires que je prends pour leur assurer une eau potable.

Résumé de la candidature de Vernon :
Vernon compte plus de 20 ans d'expérience au sein de l'équipe d'exploitation de la station de traitement de l'eau de la Nation crie d'Onion Lake et est un opérateur certifié de niveau 2 pour l'eau et les eaux usées. Le dévouement de Vernon à son travail et sa volonté d'aider, même pendant ses jours de congé, sont des avantages considérables pour la communauté. Vernon a prouvé qu'il savait s'adapter aux nouveaux défis, notamment lors d'une importante mise à niveau de l'usine de traitement de l'eau de la Nation crie d'Onion Lake, qui a permis d'augmenter la capacité de traitement et d'ajouter de nouvelles technologies de traitement. Pendant la construction, Vernon et son équipe ont maintenu la station opérationnelle. Vernon a toujours fait preuve de diligence pour participer, apprendre les nouveaux systèmes et faire des suggestions pour favoriser un fonctionnement plus efficace.

Stephanie Willsey

Stephanie Willsey

Rama First Nation, Ontario
Nominateur : Tina Geroux-Dunne

« L'eau est synonyme de vie. Il s'agit également d'un remède important. Nous devons nous rappeler de protéger et de chérir nos voies d'eau vitales, et de travailler à la promotion de la santé écologique des rivières, des lacs, des baies et des océans locaux, qui ont tant donné à notre peuple. »

Pour en lire plus sur from Stephanie Willsey

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?
Nous avons la chance, dans la Rama First Nation, d'avoir accès à de l'eau potable. Nous avons cependant eu un problème d'eau potable dans une zone particulière de notre réserve pendant de nombreuses années. Cette partie de notre réserve, où se trouve notre terrain de camping Black River Wilderness, n'avait pas de source d'eau potable, ce qui s'est révélé un obstacle à la pleine réalisation du potentiel d'une entreprise appartenant à la Première Nation et exploitée par cette dernière, qui offre de nombreux avantages culturels, environnementaux et économiques à notre communauté. Dans cette optique, je me suis efforcée de faire en sorte que toutes les Premières Nations de Turtle Island aient accès à de l'eau potable de qualité et en quantité suffisante pour répondre aux besoins de tous. Je l'ai fait en faisant partie d'une équipe juridique qui a intenté un recours collectif national afin d'offrir une indemnisation pour les avis d'eau potable à long terme dans les réserves et de résoudre les déficits continus de financement et d'infrastructure. L'action collective a abouti à un accord de règlement historique de 8 milliards de dollars l'année dernière. Bien qu'aucune somme d'argent ne puisse rendre justice à notre peuple qui s'est vu refuser ce droit humain fondamental, une partie essentielle de nos pratiques culturelles, et malgré les répercussions que cela a eues sur la santé et l'économie de nos communautés, c'est un grand pas dans la bonne direction.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?
Je ne travaille pas directement dans ma communauté d'origine, mais en raison de la pandémie et du passage à une culture de travail à distance, j'ai pu vivre et travailler plus près de ma communauté, ce qui m'a permis de m'y rendre beaucoup plus fréquemment. Je suis avocate chez McCarthy Tetrault LLP, un cabinet d'avocats à Toronto. Ce que je préfère dans mon travail quotidien, c'est de pouvoir utiliser mon diplôme de droit pour aider les gens. Cela a toujours été mon intention et le fait de pouvoir aider tant d'autres peuples autochtones, par l'entremise du recours collectif sur l'eau potable, de la clinique des droits des Autochtones du PBSC et d'autres dossiers, a été très satisfaisant.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?
L'eau est synonyme de vie. Il s'agit également d'un remède important. Nous devons nous rappeler de protéger et de chérir nos voies d'eau vitales, et de travailler à la promotion de la santé écologique des rivières, des lacs, des baies et des océans locaux, qui ont tant donné à notre peuple.

Résumé de la candidature de Stephanie :
Stephanie Willsey, une avocate autochtone de la Rama First Nation qui travaille chez McCarthy Tetrault à Toronto, faisait partie de l'équipe juridique qui a déposé un recours collectif d'une valeur de 8 milliards de dollars contre le gouvernement fédéral au nom des réserves concernant l'accès à l'eau potable. Stephanie croit fermement que toutes les communautés des Premières Nations devraient pouvoir boire de l'eau propre directement du robinet.

no photo

Ernie French-Downey

Takla First Nation, Colombie-Britannique
Nominateur : Terra French

Pour en lire plus sur Ernie French-Downey

Résumé de la candidature d'Ernie :
Ernie est le gestionnaire des services de travaux publics de la Takla First Nation, une communauté éloignée qui requiert une surveillance quotidienne du système analytique de traitement des eaux. Ernie a fait preuve de leadership et d'innovation en offrant des services précis sur demande au sein des services de travaux publics. Ernie fournit des solutions complètes à son équipe au quotidien, dans les situations d'urgence, et travaille bénévolement avec d'autres Premières Nations au sein de l'Indigenous Zero Waste Technical Advisory Group Society of British Columbia. Ernie continue de parfaire ses compétences et ses capacités en participant à des conférences et à des formations. Il fait preuve de compassion lorsqu'il est en formation ou en dehors du travail, et se préoccupe de l'entretien du système d'aqueduc et de la sécurité de sa communauté, puisqu'il y a peu d'opérateurs certifiés dans la communauté.

no photo

La Hupacasath First Nation et le conseil tribal de Nuu-Chah-Nulth

Colombie-Britannique
Nominateur : Pierre Bérubé, University of British Columbia

Pour en lire plus sur la Hupacasath First Nation et le conseil tribal de Nuu-Chah-Nulth

Résumé de la candidature de la Hupacasath First Nation et du conseil tribal de Nuu-Chah-Nulth :
Pour répondre aux besoins en eau de la réserve Kleekhoot de la Hupacasath First Nation, sur l'île de Vancouver, Brandy Lauder, conseillère en chef de la Hupacasath First Nation, a adopté audacieusement une nouvelle technologie mise au point par des chercheurs de l'University of British Columbia (UBC), expressément pour relever les défis auxquels sont confrontées de nombreuses communautés des Premières Nations au Canada. En collaboration avec l'UBC, la Première Nation et le conseil tribal ont pu mettre en œuvre cette nouvelle technologie – un système de traitement de l'eau par filtration membranaire par gravité – qui est maintenant en service depuis novembre 2020 et qui a mis fin à plus d'une décennie de problèmes de qualité de l'eau potable pour la communauté.

Récipiendaires précédents

Liens connexes

Date de modification :