Prix national du leadership des Premières Nations en matière d'eau

Sur cette page

À propos du prix

Certaines personnes, par leurs gestes quotidiens, réussissent à orienter, à influencer et à inspirer les gens qui les entourent. C'est ce que nous appelons des leaders.

Le Prix national annuel du leadership des Premières Nations en matière d'eau vise à récompenser les personnes ou les organisations des Premières Nations qui ont fait preuve d'un leadership et d'un dévouement exceptionnels pour faire progresser l'approvisionnement en eau potable et salubre dans les communautés des Premières Nations, pour aujourd'hui ainsi que pour les générations futures.

En mars 2018, Services aux Autochtones Canada (SAC) a créé le Prix national du leadership des Premières Nations en matière d'eau, qui permet chaque année de proposer des candidats admissibles. Un comité consultatif composé de partenaires des Premières Nations examine les candidatures et soumet des recommandations au ministre des Services aux Autochtones.

Qui est admissible

Les personnes admissibles sont :

Les personnes admissibles ont fait preuve de leadership et ont considérablement contribué aux progrès concernant l'approvisionnement en eau potable et salubre dans les communautés :

Récipiendaire de 2021

Jonathan Riberdy

Jonathan Riberdy

Zhiibaahaasing First Nation, Ontario

Personne ayant proposé la candidature : Madjid Mohseni, professeur à l'université de la Colombie-Britannique et directeur scientifique au RESEAU Centre for Mobilizing Innovation.

« L'aspect que je préfère dans mon travail quotidien au sein de Zhiibaahaasing First Nation est de veiller à ce que nous ayons de l'eau potable et salubre et d'enseigner aux stagiaires ou aux membres de la communauté le fonctionnement de l'usine de traitement de l'eau. Le fait de pouvoir transmettre mes connaissances à d'autres opérateurs est la plus gratifiante des expériences. Quatre fois par année à Zhiibaahaasing, nous tenons avec nos Aînés une cérémonie de l'eau dirigée par les femmes afin de célébrer l'eau potable et salubre à laquelle nous avons accès. Nous saisissons cette occasion pour dire miigwech (merci) à l'eau de nous permettre de bénéficier d'une eau potable et salubre dans laquelle nous pouvons pêcher et nager. La présence de dirigeants à ces cérémonies témoigne de l'engagement à l'égard de l'eau et permet à ces derniers de mieux comprendre les processus liés à l'eau. J'aimerais que les dirigeants respectent les opérateurs, ainsi que les connaissances que nous possédons et la fierté avec laquelle nous veillons à la salubrité de notre eau. J'aimerais également que les dirigeants valorisent les emplois dans les domaines du traitement de l'eau et des eaux usées dans leurs communautés. »

Pour en lire plus sur Jonathan Riberdy

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable et salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?

D'abord et avant tout, je tiens à souligner que je suis honoré d'être mis en candidature pour ce prix et je remercie les personnes qui ont pris le temps de recommander ma candidature.

Le besoin prioritaire de la Zhiibaahaasing First Nation est d'avoir de l'eau potable salubre. La Zhiibaahaasing First Nation est située sur la plus grande île en eau douce du monde, et nous sommes visés par un avis à long terme qui nous oblige de faire bouillir l'eau depuis plus de 30 ans. À l'heure actuelle, la Zhiibaahaasing First Nation ne dispose d'aucune installation de traitement de l'eau. Au cours de l'été 2019, l'usine de traitement de l'eau de Zhiibaahaasing a été menacée par les crues qui s'approchaient du bâtiment. Au printemps 2020, le bâtiment a été jugé dangereux, car son intégrité était compromise en raison des niveaux d'eau et des vents violents. L'usine a donc été mise hors service. Le chef et le conseil ont déclaré l'état d'urgence, et celui-ci est toujours en vigueur.

À l'été 2019, les vents et les crues ont fait craindre pour l'intégrité du bâtiment. J'ai surveillé et observé les niveaux d'eau quotidiennement et j'ai fait part de mes inquiétudes à la vue des eaux qui avançaient vers le bâtiment. Vers 19 h le soir du 29 juin 2019, je suis allé jeter un coup d'œil à l'installation en raison des vents forts qui soufflaient, et j'ai constaté que l'eau s'était infiltrée sous le bâtiment et que les pierres qui soutenaient les fondations commençaient à se détacher. Les bassins de rétention contenant 13 000 gallons (environ 50 000 litres) d'eau étaient situés dans le coin où l'eau avait emporté la fondations. Je craignais que le poids de l'eau endommage toute l'installation de traitement de l'eau. À ce moment-là, les dirigeants ont été informés qu'il fallait faire appel à une équipe de soutien d'urgence. À cette fin, ils ont communiqué le soir même avec E.Corbiere & Sons, qui sont arrivés sur place moins d'une heure après l'appel. Cette fin de semaine et dans les semaines qui ont suivi, des chargements de roches et de pierres armées nous ont été livrés afin de protéger l'usine de traitement de l'eau contre de futurs dommages liés aux crues. Des travaux visant à installer un nouveau mur de soutènement et à élever le niveau du sol ont été réalisés à partir de l'été jusqu'aux mois d'hiver.

Au cours du printemps 2020, les niveaux d'eau élevés et le vent ont à nouveau suscité des inquiétudes. Le vent était si puissant que le chef et le conseil ont déclaré que la structure de l'usine de traitement de l'eau, qui avait été construite en 2013, n'était pas sécuritaire.

Suivant la déclaration de l'état d'urgence par le chef et le conseil, la communauté était privée d'eau. Il n'y avait aucune eau potable, aucune eau dans les citernes et aucune livraison. Nous avons rapidement communiqué avec la MChiigeeng First Nation pour obtenir de l'aide. Nous avons embauché Bright Water Services de Kitchener pour nous livrer de l'eau de la MChiigeeng First Nation 3 fois par semaine, à raison de 2 à 3 chargements par jour. Nous devions également distribuer de l'eau potable salubre à chaque foyer. Nous avons fait appel à Culligan Water pour livrer de l'eau potable à la communauté une fois par mois. Chaque foyer disposait d'un refroidisseur d'eau pour installer les cruches reçues. Culligan nous livre toujours de l'eau à l'heure actuelle.

À cette période, j'ai collaboré avec mon chef et mon conseil, ainsi qu'avec le gérant de la bande, SAC, First Nations Engineering Services Ltd et BI Pure Water en vue d'installer une usine de traitement de l'eau temporaire dans la Zhiibaahaasing First Nation. Il était prévu de transformer un conteneur maritime en installation compacte mobile pour assurer l'approvisionnement en eau de la communauté de Zhiibaahaasing. Une canalisation de distribution a été installée dans le sol afin de relier l'installation compacte à la station de pompage à basse pression qui puise l'eau du lac Huron. L'installation compacte était en place le 3 septembre 2020.

La formation sur le fonctionnement de l'installation compacte a débuté en décembre 2020. D'une durée de 2 semaines, elle était dispensée par l'opérateur de BI Pure Water. Une fois la formation terminée, un premier chargement d'eau a été livré le 25 décembre 2020. Cette nouvelle installation compacte nécessitait la présence de 2 opérateurs sur place pendant la livraison de l'eau par camion à chaque citerne, pour surveiller le contrôleur programmable et s'assurer qu'aucune alarme n'était déclenchée pendant le transport.

La Zhiibaahaasing First Nation attend maintenant une nouvelle usine de traitement de l'eau et un nouveau système de distribution. Ce nouveau système permettra de lever l'avis d'ébullition de l'eau à long terme qui vise Zhiibaahaasing et d'enlever toutes les citernes dans les foyers et bâtiments de la communauté.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?

L'aspect que je préfère dans mon travail quotidien au sein de la Zhiibaahaasing First Nation est de veiller à ce que nous ayons de l'eau potable salubre et d'enseigner aux stagiaires ou aux membres de la communauté le fonctionnement des processus de l'usine de traitement de l'eau. Le fait de pouvoir transmettre mes connaissances à d'autres opérateurs est la plus gratifiante des expériences. J'enseigne notamment à mes stagiaires comment établir des diagnostics de panne, nettoyer les instruments et prélever des échantillons d'eau sur place. L'apprentissage pratique est, pour moi et pour les autres stagiaires, le meilleur moyen d'apprendre les techniques de traitement de l'eau.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable et salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?

Quatre fois par année à Zhiibaahaasing, nous tenons avec nos Aînés une cérémonie de l'eau dirigée par les femmes afin de célébrer l'eau potable et salubre à laquelle nous avons accès. Nous organisons cette cérémonie 4 fois par année pour nous assurer que notre communauté prend le temps d'honorer l'eau et de discuter des problèmes qu'elle éprouve en ce qui concerne l'eau. Nous saisissons cette occasion pour dire miigwech (merci) à l'eau de nous permettre de bénéficier d'une eau potable et salubre dans laquelle nous pouvons pêcher et nager. La présence de dirigeants à ces cérémonies témoigne de l'engagement à l'égard de l'eau et permet à ces derniers de mieux comprendre les processus liés à l'eau.

J'aimerais que les dirigeants respectent les opérateurs, ainsi que les connaissances que nous possédons et la fierté avec laquelle nous veillons à la salubrité de notre eau. J'aimerais également que les dirigeants valorisent les emplois dans les domaines du traitement de l'eau et des eaux usées dans leurs communautés. Je souhaiterais voir un plus grand nombre d'opératrices dans ce domaine, car elles protègent et préservent notre eau. J'aimerais qu'il y ait autant de femmes que d'hommes à ce poste. »

Candidats de 2021

Simon House

Simon House

Paul First Nation, Alberta

Personne ayant proposé la candidature : Rod Badger, Groupe consultatif des services techniques – Programme de formation itinérante

« À mon avis, le besoin prioritaire dans notre communauté est d'avoir l'assurance que l'eau est salubre et de pouvoir s'y fier. Il ne faut pas tenir pour acquise l'eau qui coule de nos robinets. Nous pouvons tous jouer un rôle dans la préservation de l'eau potable en commençant à nous renseigner sur le processus d'acheminement de l'eau jusqu'à nos foyers et les mesures que nous pouvons prendre afin de la conserver. »

Pour en lire plus sur Simon House

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?

À mon avis, le besoin prioritaire dans notre communauté est d'avoir l'assurance que l'eau est salubre et de pouvoir s'y fier. Je mets tout en œuvre pour veiller au bon fonctionnement de notre système d'approvisionnement en eau afin qu'il fournisse l'eau potable et salubre dont nous avons tant besoin. Je considère que mon travail est essentiel pour y parvenir. Je prélève des échantillons d'eau à différents emplacements dans le système pour en vérifier la qualité de près et je réagis aussi rapidement que possible à toutes les situations susceptibles de compromettre la qualité de l'eau. Je suis très fier d'être l'opérateur de l'usine de traitement de l'eau et des eaux usées de ma communauté, et c'est un véritable honneur pour moi d'occuper ce poste.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?

En ce qui concerne l'aspect que je préfère de mon travail quotidien, je dois dire qu'il s'agit du moment où j'arrive à l'usine de traitement de l'eau et que j'entends le vrombissement de l'équipement. Je sais immédiatement si tout est en ordre ou s'il y a un problème ou une anomalie. Cette compétence s'acquiert avec l'expérience et la formation. Certains jours, tout se passe bien, et d'autres, moins, mais c'est ce qui fait que mon travail est toujours aussi stimulant. Un autre aspect que j'aime particulièrement de mon travail quotidien est de savoir que je contribue à la santé de la communauté, puisque l'eau est essentielle à la vie et au maintien d'une population forte pour l'avenir.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?

J'ai toujours considéré qu'une eau saine était synonyme de communauté saine et que nous devions traiter l'eau comme la ressource la plus précieuse que nous possédons. Il ne faut pas tenir pour acquise l'eau qui coule de nos robinets. Nous pouvons tous jouer un rôle dans la préservation de l'eau potable en commençant à nous renseigner sur le processus d'acheminement de l'eau jusqu'à nos foyers et les mesures que nous pouvons prendre afin de la conserver. Selon moi, l'éducation ou la formation du public à cet égard est primordiale et devrait être une priorité dans les discussions communautaires.

Chief Crystal Okenow-Atcheynum

Chief Crystal Okemow-Atcheynum

Lucky Man Cree Nation, Saskatchewan

Personne ayant proposé la candidature : Randonn Swann de SaskWater

« Trop souvent, nous tenons l'eau pour acquise. En priorité, il faut éduquer les gens et accroître leur sensibilisation à l'égard de cette ressource vitale. L'éducation est essentielle à la compréhension et à l'appréciation de l'eau potable, mais il est tout aussi important de protéger les sources d'eau. J'ai pensé que l'on pourrait créer un dépliant ou une affiche pour la communauté. Le dépliant pourrait être conçu par des enfants d'âge scolaire afin de les renseigner au sujet de l'eau qu'ils boivent, de sa provenance et du processus qui permet de l'acheminer de la source jusqu'à leur maison. Ainsi, il serait possible de faire participer les futurs dirigeants. Cette initiative permettrait également d'accroître la sensibilisation et la compréhension, et de poser les premiers jalons de l'avenir dans un contexte plus communautaire. »

Pour en lire plus sur Crystal Okemow-Atcheynum

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable et salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail a-t-il, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?

Trop souvent, nous tenons l'eau pour acquise. En priorité, il faut éduquer les gens et accroître leur sensibilisation à l'égard de cette ressource vitale. L'éducation est essentielle à la compréhension et à l'appréciation de l'eau potable, mais il est tout aussi important de protéger les sources d'eau. Au cours de mes nombreuses années de travail à divers postes dans le domaine de l'eau, j'ai discuté de différents sujets avec des dirigeants, des membres de la communauté et d'autres opérateurs d'installation de traitement de l'eau, notamment concernant les systèmes de distribution d'eau, les avis d'ébullition de l'eau, le chlore libre, le chlore total, le fer, le manganèse, l'osmose inverse, la protection des puits, les eaux de surface et les eaux souterraines. Le dénominateur commun dans l'échange de renseignements est qu'il faut être accessible et communiquer. J'ai besoin de comprendre ce qui m'est demandé pour m'assurer que mes propos sont bien compris par mon interlocuteur.

J'ai pensé que l'on pourrait créer un dépliant ou une affiche pour la communauté. Le dépliant pourrait être conçu par des enfants d'âge scolaire afin de les renseigner au sujet de l'eau qu'ils boivent, de sa provenance et du processus qui permet de l'acheminer de la source jusqu'à leur maison. Ainsi, il serait possible de faire participer les futurs dirigeants. Cette initiative permettrait également d'accroître la sensibilisation et la compréhension, et de poser les premiers jalons de l'avenir dans un contexte plus communautaire.

Nous devons tous comprendre la nécessité de protéger les sources d'eau et de contribuer à cet effort. Meilleurs sont les connaissances, plus cela favorise la sensibilisation au sujet des sources d'eau. L'eau est vitale à toute forme de vie, et c'est pourquoi nous devons toujours garder à l'esprit les générations futures. La protection des sources d'eau devrait être un principe fondamental pour chacun d'entre nous. Nous représentons l'héritage de nos ancêtres et avons une responsabilité envers eux, envers ceux qui sont ici aujourd'hui et envers ceux qui leur succéderont. Pour assurer la protection des sources d'eau et garantir à tous un approvisionnement en eau potable et salubre, nous devons tous nous mobiliser.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?

L'odeur de l'installation en entrant. J'aime contempler les lieux, m'en imprégner, sentir l'air. Aussi étrange que cela puisse paraître aux yeux de certains, j'aime l'odeur de l'usine de traitement de l'eau.

Tous les aspects de mon travail me plaisent, mais le processus de recherche de panne est certainement l'un de ceux que je préfère. Nous devons toujours nous assurer que l'installation fonctionne « parfaitement ». Cependant, des problèmes surviennent parfois. Ils peuvent être d'ordre mécanique ou électrique ou avoir trait au processus ou à l'équipement de traitement, ou à d'autres éléments. Ces problèmes nous tiennent en haleine. La recherche de panne fait de nous de meilleurs opérateurs, car nous ne cessons jamais d'apprendre et de chercher comment résoudre les problèmes qui se présentent. Il s'agit d'un processus d'apprentissage permanent. Les progrès technologiques en matière de traitement de l'eau et des eaux usées sont continuels. Nous en apprenons donc toujours davantage et pouvons ainsi optimiser les systèmes de traitement. Étant donné que la technologie est en constante évolution, nous sommes souvent amenés à faire et à apprendre de nouvelles choses. C'est ce qui fait que le domaine de l'eau demeure aussi stimulant.

J'aime consulter d'autres personnes, comme d'autres opérateurs d'usine, le personnel de soutien technique de SaskWater et l'équipe de soutien technique de la compagnie des eaux. Nous échangeons des renseignements, discutons et examinons des solutions pour régler les problèmes qui surviennent. Au cours de ces discussions, nous partageons notre expérience ou nos connaissances.

Un autre aspect important est d'être accessible lorsque les gens viennent nous poser des questions sur l'eau ou lorsqu'ils ont des questions sur ce qu'il faut faire afin de travailler dans le domaine de l'eau. Toutes les questions sont bonnes, et j'aime communiquer mon savoir et offrir des conseils. Je suis heureuse de constater que l'intérêt est de plus en plus grand. La présence de femmes dans le domaine est d'autant plus réjouissante qu'il a fallu beaucoup de temps pour en arriver là.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable et salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?

Lorsque les écoles organisent un salon de l'emploi ou un événement communautaire, elles doivent inclure l'usine de traitement de l'eau et inviter un opérateur à y participer. J'encouragerais les gens à visiter l'installation, y compris les jeunes pour leur faire mieux comprendre le fonctionnement de l'installation et le travail des opérateurs. L'éducation et la sensibilisation permettent d'instaurer la confiance chez les gens, non seulement à l'égard de l'eau qu'ils consomment, mais également envers les travailleurs de l'installation.

Chief Crystal Okenow-Atcheynum

Ce type d'apprentissage pourrait aussi amener les enfants à s'intéresser au métier d'opérateur d'usine de traitement de l'eau, en tant qu'option de carrière. L'accréditation d'opérateur permet de travailler dans les usines de traitement de l'eau et des eaux usées dans les réserves et hors réserve. Il y aura toujours une demande de travailleurs dans ce domaine.

Il manque d'ingénieurs autochtones en environnement, de techniciens autochtones en qualité de l'eau et d'agents autochtones en hygiène de l'environnement. En permettant aux élèves de visiter l'installation et de découvrir le métier, nous ferons peut-être naître chez eux un intérêt qui les amènera à contribuer d'une manière ou d'une autre au domaine de l'eau dans leur communauté. Si nous organisons des événements qui les encouragent à maintenir les eaux de surface propres et exemptes de débris, ils pourraient devenir des chefs de file de la protection des sources d'eau.

Renseignements supplémentaires :

Je travaille dans le domaine de l'eau depuis octobre 1998. À mes débuts, j'ai été étonnée de constater qu'il y avait très peu d'opérateurs autochtones présents aux conférences sur l'eau auxquelles j'assistais. De plus, j'étais probablement la seule femme autochtone dans la salle. Toutefois, au fil des ans, j'ai commencé à voir de plus en plus d'Autochtones à ces événements, y compris des femmes autochtones. J'étais heureuse de constater que le nombre de participants autochtones augmentait d'année en année. Les Autochtones contribuent et participent à ces conférences, ce qui encourage les autres à faire de même, mais aussi à voir l'eau comme un domaine d'intérêt ouvert à tous.

Dernière réflexion :

Sans eau, nous ne sommes rien. Rien n'existe sans elle. Nous ne devons jamais oublier cet enseignement. Il faut le respecter et le transmettre.

Territory Planning Unit

L'Unité de planification du territoire

Le Grand Conseil du traité no. 3, Ontario

Personne ayant proposé la candidature : Dilber Yunus, agent de liaison externe, IIDD, Région des lacs expérimentaux

« Il est impératif que toutes les communautés aient accès à de l'eau potable salubre. Les dirigeants et les Aînés de la Nation continuent de fournir leurs conseils et leurs commentaires à mesure que nous poursuivons nos efforts en vue de protéger les terres et l'eau qu'abrite ce territoire de plus de 142 000 kilomètres carrés. Il est particulièrement important de travailler avec les jeunes pour faire progresser ces efforts, car ce sont eux qui prendront ultérieurement la relève à cet égard. Le fait de connaître la provenance de l'eau que nous buvons peut avoir un impact bien plus important que de seulement voir l'eau couler du robinet. Afin d'aller de l'avant, nous devons tous travailler de concert à la protection de nibi (l'eau) pour les générations futures. Nibi a un esprit, nibi est vitale, nibi est sacrée, et nous l'honorons, la respectons et la chérissons. »

Pour en lire plus sur l'Unité de planification du territoire

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable et salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail a-t-il, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?

Je ne crois pas qu'il soit vraiment nécessaire d'expliquer pourquoi nous avons tous besoin de disposer d'une eau potable salubre. Il est impératif que toutes les communautés aient accès à de l'eau potable salubre. Les communautés visées par le Traité no3 s'efforcent toujours de procurer de l'eau potable salubre à tous leurs membres, et l'Unité de planification du territoire du Traité no3 continue d'avoir pour mission de protéger les sources de cette eau dans l'ensemble du territoire. Les données de référence obtenues, la promulgation de la loi anishinaabe et la relation avec nibi (l'eau) jettent les fondements des progrès que nous accomplirons collectivement au profit de la Nation Anishinaabe du Traité no. 3.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?

L'Unité de planification du territoire du Traité no3 se réjouit au plus haut point de collaborer avec la Nation Anishinaabe du Traité no. 3. Les dirigeants et les Aînés de la Nation continuent de fournir leurs conseils et leurs commentaires à mesure que nous poursuivons nos efforts en vue de protéger les terres et l'eau qu'abrite ce territoire de plus de 142 000 kilomètres carrés. Il est particulièrement important de travailler avec les jeunes pour faire progresser ces efforts, car ce sont eux qui prendront ultérieurement la relève à cet égard.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?

À mon avis, le message à leur transmettre serait de réfléchir à leur relation avec l'eau et à toutes les formes sous lesquelles elle se présente, qu'il s'agisse de l'eau potable, des lacs, des rivières, de la pluie, de la neige et des nombreuses autres formes qu'elle peut prendre. Ils doivent réfléchir au lien qu'ils entretiennent avec l'eau au quotidien et en déterminer la provenance. Le fait de connaître la provenance de l'eau que nous buvons peut avoir un impact bien plus important que de seulement voir l'eau couler du robinet. Afin d'aller de l'avant, nous devons tous travailler de concert à la protection de nibi (l'eau) pour les générations futures. Nibi a un esprit, nibi est vitale, nibi est sacrée, et nous l'honorons, la respectons et la chérissons.

Dennis Louis

Samson Cree Nation et Montana First Nation, Alberta

Personne ayant proposé la candidature : Rosey Radmanovich du Groupe consultatif des services techniques (GCST)

« Tout le monde doit avoir accès à de l'eau potable salubre, aussi bien les résidents de la ville que ceux des régions rurales de Maskwacis et du lac Pigeon. Par la voie des discussions, de la collecte de données et de la planification, nous avons dressé une liste des priorités afin d'aborder ces questions. L'aspect que je préfère dans mon travail quotidien est de pouvoir travailler avec des gens de différents secteurs d'activités et des communautés avoisinantes. En outre, j'aime beaucoup me charger des diagnostics de panne lorsque des problèmes surviennent. »

Pour en lire plus sur Dennis Louis

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable et salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail a-t-il, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?

Tout le monde doit avoir accès à de l'eau potable et salubre, aussi bien les résidents de la ville que ceux des régions rurales de Maskwacis et du lac Pigeon. Il faut disposer d'un système de filtration adapté aux puits d'eau qui alimentent la municipalité et améliorer les canalisations de distribution de l'eau, de manière à ce que tous les avis d'ébullition de l'eau auxquels sont soumis les résidents ruraux soient levés. Par le biais de discussions, de la collecte de données et de la planification, nous avons dressé une liste des priorités afin d'aborder ces questions.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?

Le fait de pouvoir travailler avec des gens de différents secteurs d'activités et des communautés avoisinantes, par exemple le comité nipiy, les services de santé de Maskwacis, le Groupe consultatif des services techniques, l'Alliance du bassin versant de la rivière, Urban Systems et les entrepreneurs locaux. En outre, j'aime beaucoup me charger des diagnostics de panne lorsque des problèmes surviennent.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable et salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?

Mon message serait d'accroître la sensibilisation dans les écoles et auprès des membres de la communauté à l'égard de l'eau, autant d'un point de vue autochtone que d'un point de vue technique.

Wayne Holmstrom

Wayne Holmstrom

Bimose HUB Overall Responsible Operator, Ontario

Personne ayant proposé la candidature : Conseil tribal de Bimose

« Selon moi, le besoin prioritaire de chaque communauté est de bénéficier d'opérateurs compétents, qualifiés et accrédités. Le moment que je préfère dans ma journée de travail est lorsque j'entends le nouvel opérateur parler de ses réussites et des problèmes qu'il a réglés au cours de son quart de travail, de constater sa capacité de prévoir les résultats qu'auront les modifications apportées aux processus et l'attention qu'il accorde aux variations qui surviennent avant et après. Même si nous sommes parfois en désaccord, nous nous tenons mutuellement au courant des problèmes rencontrés à l'usine et de leur dénouement. Ces interactions avec les opérateurs sont utiles, dans la mesure où elles nous permettent tous de nous améliorer. »

Pour en lire plus sur Wayne Holmstrom

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable et salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail a-t-il, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?

Selon moi, le besoin prioritaire de chaque communauté est de bénéficier d'opérateurs compétents, qualifiés et accrédités. Mon travail consiste à assurer la formation et le mentorat, à inspecter l'installation, à poser les diagnostics de panne en collaboration avec les opérateurs et à effectuer l'entretien et les réparations de l'installation.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?

Le moment que je préfère dans ma journée de travail est lorsque j'entends le nouvel opérateur parler de ses réussites et des problèmes qu'il a réglés au cours de son quart de travail, de constater sa capacité de prévoir les résultats qu'auront les modifications apportées aux processus et l'attention qu'il accorde aux variations qui surviennent avant et après. Lorsque les nouveaux opérateurs commencent à m'informer du moment de l'arrêt et du démarrage des opérations de l'usine et qu'ils ont une bonne idée des débits d'eau atteints pendant la journée, je sais qu'ils sont attentifs à ce qui se passe dans l'installation. Ils posent aussi des questions sur les bruits ou toute autre anomalie qu'ils remarquent. Même si nous sommes parfois en désaccord, nous nous tenons mutuellement au courant des problèmes rencontrés à l'installation et de leur dénouement. Ces interactions avec les opérateurs sont utiles, dans la mesure où elles nous permettent tous de nous améliorer.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable et salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?

Je dirais qu'il faudrait organiser des visites pour les écoles et le public, et que les gens devraient participer à des journées d'orientation tenues dans la communauté afin d'apprendre ce que l'on fait à l'usine de traitement de l'eau. Il faudrait afficher les résultats des analyses bactériennes hebdomadaires dans la communauté. Les membres du public devraient assister à des réunions communautaires pour être au courant des problèmes avec lesquels on est aux prises, le cas échéant. Par exemple, il peut s'agir de conduites bouchées par la présence de graisse dans l'évier, de fuites dans la communauté ou de tout autre problème susceptible d'avoir une incidence sur la qualité de l'eau.

June Williams

June Williams

Lake Babine Nation, Colombie-Britannique

Personne ayant proposé la candidature : Kalpna Solanki, présidente-directrice générale du Programme d'accréditation des opérateurs environnementaux

« Je crois être un atout précieux pour ma communauté, car j'ai reçu la formation nécessaire et je poursuis toujours mes études. L'aspect que je préfère de mon travail quotidien au sein de ma communauté est la communication ouverte et la camaraderie entre les membres et le personnel. Ma communauté est toute petite. Le soutien et la rétroaction en continu nous permettent de rester sur la même longueur d'onde. Pour moi, le fait d'être une femme dans l'industrie n'est pas une rareté, mais plutôt quelque chose de plus en plus courant. Je constate qu'il y a de plus en plus de femmes, et c'est très bien ainsi. La présence des femmes dans les métiers et sur le marché du travail a un effet habilitant pour tous, que ce soit pour leur famille, leur communauté ou leur employeur. »

Pour en lire plus sur June Williams

Quel est le besoin prioritaire en matière d'eau potable et salubre dans votre communauté et de quelle façon votre travail et votre engagement ont-ils, selon vous, contribué à répondre à ce besoin?

Un certain nombre de lacunes me viennent à l'esprit. Nous avons besoin d'un opérateur compétent et qualifié, d'un système opérationnel et d'un accès à de l'équipement et à des fournitures, car nous sommes dans une région éloignée. Je crois être un atout précieux pour ma communauté, car j'ai reçu la formation nécessaire et je poursuis toujours mes études.

Quel aspect de votre travail quotidien au sein de votre communauté préférez-vous?

L'aspect que je préfère de mon travail quotidien au sein de ma communauté est la communication ouverte et la camaraderie entre les membres et le personnel. Ma communauté est toute petite. Le soutien et la rétroaction continus nous permettent de rester sur la même longueur d'onde. Il faudrait communiquer des mises à jour éducatives, notamment sur les instructions relatives à l'entretien des réservoirs d'eau chaude ou au nettoyage des refroidisseurs d'eau, ou sur des questions urgentes comme la conservation de l'eau en cas de pénurie d'eau dans la communauté, de rupture des conduites d'alimentation ou de purge des prises d'eau d'incendie. Ainsi, il serait possible de renforcer la confiance et le respect envers toutes les parties prenantes. Il faut toujours faire preuve de respect, même lorsque les gens cherchent à nous faire du mal. Nous faisons de notre mieux en tant qu'opérateurs qualifiés, mais nous ne sommes pas parfaits.

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux autres pour les encourager à faire preuve d'engagement à l'égard de l'eau potable et salubre, ainsi que de leadership en matière d'eau au sein de leur communauté?

Mon message d'encouragement aux autres personnes du secteur de l'eau serait de poursuivre leur formation, d'apprendre à connaître les personnes et la communauté pour lesquelles elles travaillent et de les respecter. Nous tirons des leçons des choix bons ou mauvais que nous faisons dans les situations auxquelles nous sommes confrontés, dans notre vie professionnelle ou personnelle. Pour moi, le fait d'être une femme dans l'industrie n'est pas une rareté, mais plutôt quelque chose de plus en plus courant. Je constate qu'il y a de plus en plus de femmes, et c'est très bien ainsi. La présence des femmes dans les métiers et sur le marché du travail a un effet habilitant pour tous, que ce soit pour leur famille, leur communauté ou leur employeur.

Récipiendaires précédents

Procédure de mise en candidature

La période de mise en candidature pour le Prix national du leadership des Premières Nations en matière d'eau 2022 sera du 3 janvier 2022 au 21 février 2022.

Veuillez fournir l'information suivante lors de la soumission de candidatures :

  1. le nom complet ainsi que les coordonnées, y compris l'adresse courriel et l'adresse postale de la personne, de l'organisation ou de la communauté en nomination
    • s'il s'agit d'une personne, veuillez indiquer à quelle Première Nation elle est affiliée
  2. vos coordonnées
  3. votre relation avec le candidat ou la candidate
  4. une description écrite, 500 mots maximum, indiquant comment le candidat proposé ou la candidate proposée satisfait aux critères d'admissibilité ci-dessus
  5. le nom, les coordonnées et le lien entre cette personne et le candidat proposé ou la candidate proposée d'une personne de référence autre que vous qui appuierait la mise en candidature

Les applications des candidatures et questions peuvent être soumises à SAC par courriel : aadnc.proprepnh20-cleanfnh2o.aandc@canada.ca. à noter que le comité consultatif peut vous consulter ou consulter la personne de référence et que les soumissions de candidatures incomplètes ne seront pas acceptées.

Bourses disponibles

Afin de récompenser les lauréats du Prix national du leadership des Premières Nations en matière d'eau et de favoriser un plus grand leadership en matière d'eau, 10 000 $ en bourses seront remises chaque année au nom du lauréat à des candidats des Premières Nations qui poursuivent ou approfondissent leur carrière dans le secteur de l'eau et des eaux usées. L'Association professionnelle des formateurs itinérants est chargée d'administrer les bourses. Le site Web de l'APFI (non disponible en français) contient de plus amples renseignements à cet égard, y compris un formulaire de demande (non disponible en français) de bourse.

Liens connexes

Date de modification :